Pélissier Pierre

Nouveaux produits

Promotions



LIBRAIRES

Réductions - Droits

Association 2-AS

Pélissier Pierre

Pélissier (1814-1863), sourd-muet, a été instruit en langue des signes à l’institution toulousaine dirigée par l’abbé Chazottes et son frère, M. Jules Chazottes. Il appartient donc à ces élites silencieuses du XIXe siècle dont les succès apportent la preuve de l’excellence de la méthode. Il est professeur à l'école impériale des sourds-muets de ...

Pélissier (1814-1863), sourd-muet, a été instruit en langue des signes à l’institution toulousaine dirigée par l’abbé Chazottes et son frère, M. Jules Chazottes. Il appartient donc à ces élites silencieuses du XIXe siècle dont les succès apportent la preuve de l’excellence de la méthode. Il est professeur à l'école impériale des sourds-muets de Paris (Saint-Jacques) pendant vingt ans, de 1843 à sa mort. C'est le plus célèbre poète sourd : en 1837, il présenta à un concours de l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse, une élégie intitulée : "Mes Regrets" qui lui valut une mention honorable. En 1844, il publie " Choix de poésies d’un sourd-muet". Marqué par le courant romantique, c’est un admirateur de Lamartine qui, dans ses vers, l’a qualifié de « barde silencieux ». Son nom signé est décrit en 1840 dans l’Ami des sourds-muets : « De la main droite, tracer des lignes sur la paume de la main gauche » : ce nom, que nous traduirions aujourd’hui par « l’Ecrivain », était alors compris comme « le Poète ». Il a publié une "Iconographie des signes faisant partie de l'Enseignement primaire des sourds-muets" : ce sont les toutes premières planches de dessins de la LSF.

M Vaïsse expliqua lors d'un procès, " que M. Pélissier n est pas muet de naissance et bien qu il ait perdu la parole, il a conservé assez de souvenirs du rhythme poétique pour produire des poésies qu'on dit remarquables"

Plus

Pélissier Pierre 

Affichage de 1 - 6 sur 6 éléments